Incidences sur l’enseignement

Cette approche particulière du développement humain conduit à cultiver les trois facultés que sont le mouvement, la parole et la pensée d’une manière appropriée à chaque âge de l’enfance. Cela s’exprime tout d’abord dans la large palette de matières proposées : des matières qui concernent le mouvement, telles que le sport, la gymnastique et l’eurythmie développée par Rudolf Steiner, mais aussi les travaux d’aiguille, le jardinage, les travaux manuels, la peinture, la sculpture, la musique et la diction. Ces matières font partie de l’emploi du temps au même titre que les mathématiques et les langues étrangères. Si l’on respecte le processus d’émancipation précédemment décrit, l’enfant qui est capable d’utiliser ses bras et ses mains et de bouger de manière sensée porte en lui les germes qui lui permettront plus tard de s’exprimer et de juger de manière autonome. A tous les étapes de l’enfance, nous nous posons la même question de départ : comment organiser le cours pour permettre à l’enfant de laisser émerger ses dons et devenir acteur de son propre développement ? Cette question découle de notre principe qui est de prendre au sérieux l’enfant quel que soit son âge, de le considérer comme un être unique qui porte en lui la possibilité de décider, plus tard, lui-même de sa propre vie et de le prendre là où il est.

Zimmermann, Heinz: Waldorf-Pädagogik weltweit, Ed.: Freunde der Erziehungskunst, 2001.