Eduquer par l'art

Dans les écoles Steiner-Waldorf, l’art occupe une place particulière dans la pédagogie. En effet, l’activité artistique demande de l’imagination et de la créativité et développe en l’homme le sens pour la qualités des choses. D’une part, elle est un moyen d’expression sensorielle (couleurs, formes, tonalités, sonorités, etc.). D’autre part, elle est l’expression d’une volonté formatrice relevant du non-sensible ; par là même, elle nous entraîne au-delà d’une réalité purement sensible. Elle est donc le meilleur médiateur qui soit entre la nature sensorielle et spirituelle de l’homme, entre le jeu de l’enfant et le travail de l’adulte : « Dans la pratique, l’éducation et l’enseignement en classe devraient viser à éveiller en l’enfant le goût d’apprendre et de le faire avec le même sérieux qu’il met dans le jeu, aussi longtemps que le jeu occupe entièrement la vie de son âme. Une pédagogie qui en prend conscience donnera à l’art sa juste place avec le soin qui lui convient » (R. Steiner, Art et pédagogie, extrait de La pensée du Goetheanum, GA 36, p.290). Tout comme la compréhension conceptuelle découle du vécu imagé, l’activité artistique stimule l’intelligence : « Lorsque nous aurons compris à quel point l’éducation artistique dans l’enfance permet l’émergence de l’intellect, alors nous serons amenés à donner à l’art sa place appropriée dans le premier cours d’éducation populaire » (Fondements pédagogiques et objectifs de l’école Waldorf, …p.21).

Dans ses Lettres sur l’Education esthétique de l’Homme, Friedrich Schiller prend une position radicale sur ce sujet : « Pour amener l’homme sensible à la raison, il n’y a pas d’autre voie que d’éveiller son sens de l’esthétique. »

Alors que l’éducation artistique avait une importance marginale dans les écoles quand a été créée la première école Waldorf, nombre de thèses et écrits sont venus confirmer le point de vue de Rudolf Steiner au cours des dernières décennies. Le domaine le plus étudié et le plus documenté est celui de l’éducation musicale, reconnu pour stimuler l’intelligence et les compétences sociales (Ernst Waldemar Weber, Musik macht Schule, Essen 1993). L’Américain Daniel Coleman, dans son ouvrage L’intelligence émotionnelle, montre clairement à quel point il importe d’éduquer profondément la sphère émotionnelle de l’humain dans une société contemporaine au bord de la violence.

Au moyen de l’activité artistique qui s’appuie sur des aspects différents adaptés à chaque âge, il s’agit d’augmenter les facultés de perception, le sens du style et de la qualité des choses, d’encourager la volonté d’expression individuelle pour, enfin, développer l’intelligence émotionnelle. Klaus Michael Meyer-Abich, spécialiste en sciences naturelles, a écrit que « l’éducation esthétique, en tant que formation des facultés de perception et de l’expérience, est la condition préalable et incontournable au développement de la responsabilité perceptive et la perception responsable de notre milieu naturel et de notre environnement. Si notre force de jugement esthétique n’avait pas été affaiblie par la dégénérescence de nos facultés de perception et de (Erlebnisfähigkeit), alors nous n’en serions pas arrivés aux destructions violentes provoquées par l’industrie de notre monde moderne (Klaus Michael Meyer-Abich, Dreissig Thesen zur praktischen Naturphilosophie, paru dans Ethik der Wissenschaften, München 1986, p. 105). Dans son essai Les intelligences multiples, Howard Gardner nous livre les résultats de ses recherches menées sur plusieurs années et montre que le concept traditionnel d’intelligence déterminé par le quotient d’intelligence n’est pas acceptable et ne correspond aucunement aux intelligences réellement nécessaires au cours de la vie. Selon lui, ce qui s’exprime dans la musique ou dans l’expression corporelle relève tout autant de l’intelligence que la faculté de communiquer avec soi-même et les autres. Les compétences personnelles et sociales sont d’ailleurs considérées des compétences clés dans le monde du travail (Howard Gardner, Les intelligences multiples, Retz Editions 2004)

L’école Steiner-Waldorf est la première école qui, depuis plusieurs décennies, met ces découvertes en pratique.

Zimmermann, Heinz: Waldorf-Pädagogik weltweit, Ed.: Freunde der Erziehungskunst, 2001.